AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 les cercles infernaux - lilith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin

Admin


Messages : 68
Date d'inscription : 04/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: les cercles infernaux - lilith    Dim 24 Sep - 21:00


 
I. Lilith Kensington
 Souviens toi de cette nuit, c’est la promesse de l’infini.


 
 
Pseudo
: ici
Âge
: ici
Comment as-tu connu le forum ?
 ici
As-tu des remarques à faire ?  
 ici  
Fréquence de connexion :
 X/7 jours
un dernier mot ?  
ici

 
Code:
[b]nom de la célébrité[/b] - pseudo du personnage

 
crédit gif/avatar
:  ici

 

 
Carte d'identité
Prénom
: T'es passée par des centaines de noms à mesure de l'existence, trouvant pas de raison de te fixer sur un seul à mesure que tu multiplier le nombre de tes vies. T'as été des légions d'âme perdue dans l'histoire, passant d'femmes françaises à anglaises, américaines délurées ou pirate sauvage. T'as été Innocent au début de ta vie, l'pseudonyme que tu gardes bien souvent pour te présenter au reste du monde. Quand tu veux laisser ta marques - puis sur les mers t'as été Lilith la sombre et diabolique démone dont tu préserve les traits et l'envie d'sang. Alors c'lui que tu porte depuis, bien que souvent tu change selon tes envies.
Nom
: T'es née Ravenclaw aux débuts de Poudlard. T'as été d'cette famille fondatrice quand il se trouvait encore que des sangs purs dans l'monde magique. Alors t'as été comme eux, une fière descendante d'une lignée royale. T'as été ca - puis t'as été damnée et déchue, t'as perdu ton nom pour celui de la nuit. T'en a eut des tonnes une fois qu't'as du te cacher hors du monde. Maintenant t'es Kensington parce que t'as l'teint blanc d'la royauté, mais c'toi qui fait couler l'sang à la fin de l'histoire.  
Date de naissance
: Tu t'en souviens pas; surtout depuis que t'as plus de raison d'fêter les printemps qui passent et que tu t'figes hors du temps. T'as oublié, tu veux pas y penser à cette date anniversaire qui te rappelle que t'as perdu tout ceux que tu connaissais, qu'il reste que les immortels pour marquer ton existence. Tu veux plus devoir être victime du temps qui passe, alors tu t'laisse pas emporter par les dates des calendriers que tu boude depuis longtemps.  
Nationalité
: T'es Anglaise née ici y a bien longtemps. Assez longtemps pour qu'la ville qui t'a vue naitre existe pluce vraiment, remplacée par des hautes maisons, et des centres villes bruyant. Le monde a plus grand chose à voir avec ce que tu connaissais, et t'pas sûr d'aimer vraiment cela en vrai. Alors elle se complait à ignorer quand on lui pose la question, à s'dire qu'elle est de tout lieux, parce que le monde elle l'a parcouru de tout son long.
Statut de Sang
: A l'époque il se trouvait pas de métissage, ou alors assez rarement. Trop rarement pour être un problème ou apporter une possible guerre à l'horizon. A l'époque, tu étais de Sang pur comme tous les autres, naissance royale qu't'as perdu quand ton sang a été damné. Alors à présent, t'es dite hybride si c'pas démon, et t'es fière d'porter ce nom-là sans rougir d'honte d'être une meurtrière.  
Métier/Maison
: Tu t'souviens à l'époque d'pas t'être posée trop la question. Ton nom parlait pour toi, alors c'est naturellement que tu faisais déjà partie des érudits Serdaigles qui ne faisait qu'assouvir ta soif de connaissance. T'aimer apprendre et t'as jamais perdu cette soif, cette envie qui s'assouvit jamais de savoir. L'savoir te faire marcher au coup de sang et si t'es créative c'surtout pour boire celui des autres. T'pas juste une meurtrière, t'aime te penser artiste, même si ca fait d'toi un monstre avant tout.   
Orientation sexuelle
: A l'époque du début d'ton existence il se trouvait pas ce genre de question-là non plus. T'sais pas pourquoi ca prend autant d'importance, et t'pas sûre de vouloir vraiment t'arrêter sur ces considérations. T'avais deux possibles pour toi et t'embrasse les deux avec passion. L'mariage c'plus une chose qui t'inquiète, alors quand t'aime un garçon c'pas pour voir son nom accolé au tiens. D'même que les filles que t'aime à voir s'tordre sous tes doigts agiles - sauf qu'avec l'temps la chasse à l'amour c'est devenu moins pressant. Qu'voir ton coeur t'être arraché à chaque perte ca t'a rendu de glace, et maintenant t'presque frigide à force de te retirer du monde et d'pas laisser les autres t'approcher.  

  Un brin de magie :
Votre Epouvantard
C'peut être à force d'te glisser dans l'ombre que t'es devenue une phobique d'la lumière du jour. Ca fait longtemps que t'as pas été face à face avec l'soleil, et t'peux le voir que lorsqu'un épouvantard croise ta route. T'as presque la sensation d'chaleur, ou pire encore - d'feu qui t'lèche la peau et t'consume. C'la mort, en vrai, la tienne qui t'fait peur plus qu'tout.
Votre Patronus
Ca fait bien longtemps que t'as pas été capable d'en former un, tant et si bien qu'tu doute qu'un jour tu sois capable à nouveau. Mais lorsque t'étais encore sorcière, assez naïve pour gouter l'bonheur tu t'souviens qu'il prenait la forme d'un Dragon - celui d'glace qui foudroie d'sa beauté ses ennemis.
Votre baguette
A l'époque où t'as demandé la tienne c'tait fait sur mesure. Et depuis la tienne a évoluée d'sorte de trouver une écaille de dragon d'eau dans l'coeur; de trente-deux centimètres le bois inflexible fibre constamment de mécontentement dans ta main. L'bois d'If qui t'fait gouter la mort autant qu'la vie depuis le début s'trouve aussi immortel que toi. 
L'amortencia :
T'y a pas gouté depuis longtemps mais la dernière fois c'tait le parfum iodé de l'océan, qu't'as jamais quitté par la pensé. L'parfum musqué de la virilité, qu'tu veux pas voir t'quitter et qui t'réconforte autant qu'tu peux. Et peut être que bientôt il se trouvera le souffre - le souffle du dragon qui suit la tempête, qui laisse penser qui s'trouve que la mort ou des esprits plus forts qu'ca encore.  
Particularité magique
T'as l'don de l'immortalité, d'ceux qui parcourant les temps sans en être la victime. T'es aussi plus rapides, et flamboyante qu'd'autre. T'es une vampire - un monstre légendaire qui s'trouve être une âme maudite. Tu t'nourris de sang, t'maitrise la magie de l'air et t'crée des brouillard épais. Et il arrive que tu t'change en animal, parce qu'as ton époque c'tait une chose normale d'apprendre à être animagus - alors t'en est un déclaré d'puis plus de mille ans : une chauve-souris; comme l'aime à s'rire le destin parfois.   


 
Caractéristiques
Caractère
:  5 lignes pour décrire votre caractère  
Allégeance
: ici vous expliquez pour qui ou pour quoi vous vous battez, ce que vous pensez de la guerre...    


 


Dernière édition par Admin le Lun 2 Oct - 22:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://echo-flowers-alice.superforum.fr
avatar
Admin

Admin


Messages : 68
Date d'inscription : 04/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: les cercles infernaux - lilith    Dim 24 Sep - 21:00


Comme je devins alors glacé, sans force,
ne le demande pas, lecteur, et je ne l'écris pas,
car toute parole serait trop peu. L'ENFER DE DANTE

Les limbes
Nel mezzo del cammin di nostra vita
mi ritrovai per una selva oscura,
ché la diritta via era smarrita.

Le bleu royal, au diadème flamboyant, les liserés argentés dessinant les belles silhouettes des érudites en mal de connaissance. De gourmandes conversations qui agitent la table des Serdaigles, où se froissent les tissus, en même temps que se délient les langues. Elles sont peu nombreuses, toutes ensembles assises à un coin de la table, murmurant entre elles, en lançant parfois quelque regards intrigués vers les beaux jeunes hommes qui se pavanent alentours, espérant trouver le moyen d'en avoir une en privée pour l'inviter au bal de la Noël. L'évènement retourne les coeurs, les faisant battre follement, oubliant tout le reste depuis plusieurs semaines déjà. Mais elle ne s'en soucie pas vraiment, du reste, la princesse royale. Elle qui porte le nom du fondateur, bien que l'école est pas si vieille que cela, a déjà sa réputation bien pour elle. Déjà il se trouve un choixpeau pour désigner chaque année aux étudiants qui arrivent dans quel maison ils seront placés. Une maison qui signifie famille, qui devient aussi importante que celle qui attend à Londres ou ailleurs - bien souvent ailleurs, dans les fiefs et les Seigneuries, où les sangs pur sont maitres de leurs terres. Riches, à n'en pas douter, surtout de possessions qu'ils préservent jalousement. Et par nombres de mariages arrangés, ils s'assurent de ne rien perdre de leur héritage ou de leur réputation. C'est pour cela que le bal est si important - il lie les alliances, et les futurs mariés qui s'y retrouvent en s'offrant quelques chastes danses avant de se promettre un billet doux, ou de belles déclarations dans les coins plus sombres des couloirs. Jeunes femmes rougissantes, à la vertu encore préservée. Inviolable, la bouche des dévotes, et elles sont nombreuses à Poudlard, à garder pour elle l'hymen sacrée, offerte au mari dévoué s'il se trouve méritant. C'est qu'il y a de belles traditions à respecter pour avoir le droit de devenir le mari d'une dame, et la dame en échange s'assure de rester pure pour le seul amant de son existence.  

Elle, c'est lui qu'elle veut depuis toujours, sauf qu'à l'usure du temps c'est son nom qu'elle a su oublier. Elle se souvient d'un ténébreux regard, de ceux qu'on ne peut pas s'empêcher d'admirer. S'y fondre comme dans les eaux profondes, et en perdre son latin - la langue alors parlée à Poudlard et dans la Royauté - pour juste rester accrochée au silence de belles contemplations. C'était ainsi que l'on se faisait la cours, en s'invitant sur les carrioles pour traverser le parc, les jardins, ou la flamboyante forêt qui entourent le château. Ils sont pas si nombreux les sorciers, pour la majorité venant des grandes familles : Gryffyndor, Ravenclaw, Slytherin, Hupplepuff, Gaunt, Black, Selwyn... Il se trouve pas plus de cent élèves dans tout Poudlard, qui apprennent à devenir des mages d'exception. Quand il arrive, c'est pour découvrir la magie qui traverse leur corps - du sang, du feu, de l'air, de l'eau. C'est une épreuve à onze ans, de devoir faire ses preuves pour être dit Sorcier. Sinon mis au rend de non-mage pour être caché honteusement au fond des châteaux au fond des pays. Et une fois dans l'enceinte du château, ils usent de leur baguette pour apprendre sortilèges et serments. L'alchimie et la potion. La magie particulière, avec des professeurs particuliers. L'histoire, qui s'écrit en même temps qu'eux. Et les bonnes manières, de cette société royaliste - où n'existe qu'un roi sorcier, une famille qui porte la couronne, en suprématie. Elle porte pas la couronne, la belle Innocent, bien qu'on ne peut nier qu'elle porte son nom mieux que tout autre.

Elle rêve de lui pour Noël, alors quitte la table quand il approche pour lui tendre sa main et baise celle - gantée - qu'elle lui tend.
William - Allons faire quelque pas, veux-tu ?
Innocent - Je le veux, avec plaisir, Sir William. Ou serait-ce un autre nom qui a glissé sur ses lèvres. Le souvenir est flou, alors qu'elle tenait d'une main le pan de sa robe trop longue, de l'autre, qu'elle repassait sa cape pour s'assurer de ne pas avoir trop froid une fois rendue dans la neige. Ils y marchèrent un temps alors qu'il lui contait mille poèmes enflammés écrits en son nom, et qu'elle tâchait de garder pour elle son glorieux rougissement. Souriant, alors qu'il se tournait vers elle constamment pour croiser son regard pétillant. De deux coeurs qui battaient à la chamade - la jeunesse de leur dix-sept ans les rendant fervents et passionnés. D'un amour qui ne tarissait pas, ne faisait que grandir à mesure qu'ils se perdaient dans ces moments intimes. Ils s'enfonçaient dans la forêt, ignorant le temps qui filaient, alors que les vacances les gardaient de s'inquiéter d'avoir un cours, ou un couvre-feu à respecter. Après tout ils étaient la royauté du pays, jouissant de leur beauté autant que de leur pouvoir. Mais plus ils s'enfonçaient et plus la nuit tombait rapidement, jusqu'à ce qu'il ne reste que la pénombre, aucune lumière ne perçant entre les arbres.
Innocent - Sommes nous perdus ? Sauf qu'il n'y a aucune voix qui résonne à ses côtés - à la place c'est un craquement sourd, et un bruit qui s'écrase au sol, la faisant perdre sa voix. Puis quelque chose qui explose à son visage, la mouille comme une pluie soudaine. D'une main gantée de blanc, elle la porte à sa joue maculée - pour en voir l'hémoglobine de son compagnon.
Nosferatu - Je dirais plutôt que vous êtes exactement à votre place, Princesse. La voix qui susurre à son oreille lui ôte toute capacité à raisonnée. Le choc passe pour laisser la léthargie lui saisir les veines. Le coeur qui bat soudainement trop fort, tapant à ses oreilles pour lui faire tourner la tête. Mais elle tombe contre le torse dur, et geint sans savoir si c'est de douleur ou d'autre chose. Elle frémit des paupières, croise un regard rouge qui hantera le reste de ses nuits. Un regard qui se ternie de noir quand il tombe sur la veine de son cou, avant qu'un baiser lui ravisse sa peau délicate, et innocent.

Innocence maculée de rouge carmin; le sang qui s'échappe de ses veines en même temps que ses soupires. Les sirènes cruelles de la lune, lui affligeant la cruelle morsure de la mort - la non-mort. Les immortels maudits, enfants de la nuit. Elle reste à terre, git dans le sang de son presque fiancé mort pour les envies de ces créatures nocturnes. Et elle, elle souffle à peine, ne respire plus, n'entend plus le coeur qui bat dans sa poitrine. Et quand elle ouvre les yeux c'est pour embrasser la nuit de son regard, et les milliers d'étoiles l'aveugler de cette lumière si vive. Cette douleur lancinante qui lui torture la gorge, lui donne à la tête qu'une idée quand elle sent l'odeur alléchante l'entourée.
L'appel du sang.

Deux enfants, amants éperdus sous la lune étoilées, courant d'innocence en naïveté, les mains serrés à se perdre entre les arbres. La forêt n'avait pas de nom, puisqu'elle était immaculée, par cette jeunesse sans histoire qui ne souffrait de rien. Et de leur naïveté jaillit un démon malsain, au regard rouge de sang, et à la soif tortueuse. Il tua le premier enfant, pour séduire la seconde, l'amener dans l'enfer en espérant l'y attacher. Hadès, ravissant à la terre la belle déesse aux cheveux d'or; ignorant que si tôt fait il réveillait en elle un feu brûlant. Et dans le brouillard épais elle lui échappa à jamais, retournant au château en laissant derrière elle la sombre forêt qui habitait à présent la mort.
Le lendemain, le corps froid fut retrouver - dans l'ensemble du royaume on murmurait à l'atrocité d'un cauchemar soudainement réel. Et la forêt obtint alors son nom d'Interdite.





Luxure
Amour, qui enflamme si vite un noble coeur
s'empara de celui-ci pour le beau corps qu'on m'a ravi,
d'une manière que je reste encore blessée

Froid mordant aux doigts allongés de nuits éternels - elle se glisse sous la lune, l'ombre mouvante et cruelle, qui se met à haïr les enfants de la lumière. Ceux qui marchent sous les rayons ardents en clamant fort une vie qui les quittent dés la naissance. Un flot constant de morts qui s'étend jusqu'à la fin véritable. Elle le flot de l'existence a cessé sa course, pour la forger dans le marbre. Le corps charmeur, charmant, le regard qui se teinte de rouge dés que la nuit étend ses ailes. La chasseuse qui a les crocs - elle a été attrapée, au départ. Elle a été attrapée, sachant pas où courir pour fuir l'existence qu'elle aurait jamais pensé un jour abandonner. Se retrouver à vivre pour l'éternité sans raison de vivre - voir s'enfuir les possibles pour l'impossible devenu probable. Que rêver quand tout pour devenir réalité ?    Elle rêvait en grand - de trop grands rêves à présent qui lui donne le vertige, et l'éternité pour les réaliser.
Seule, à courir après l'impossible ou avant. Incapable de devenir adulte, à jamais perdue dans le coeur d'une enfant. Une presque-adulte, au début de l'existence où les émotions sont encore instables, la colère et la frustrations des alliés fidèles mais malhonnêtes. De ceux qui rendent fous rapidement pour hurler à l'injustice par le meurtre - la suite de son existence s'est dés lors teintée de sang.

Royauté magique, aux ministères corrompus. Fut un temps se trouvait un roi au sommet du monde - un roi d'sang pur, dont personne ne douter la naissance, la lignée ou le droit à gouverner. Entouré de Ministres aux désirs plus sombres et avides de pouvoir, il avait confié au Magenmagot - assemblés de sages - les droits de la justice. Et se trouvait être l'exemple de tous, faisant du monde magique ce qu'il entendait. C'est lui qui lança la chasse aux vampires - ayant perdu sa femme aux griffes de l'un d'eux. Cruels destins parfois si prompt à l'ironie - l'ironie c'est lorsqu'elle fut placée sous son regard, emportée par les gardes armées pour être placées en cellule en attendant l'embrasement du soleil. Le dernier lever - la dernière mort.
Elle ne viendra pas à ce moment-là; ce n'est pas comme cela qu'elle meurt.
King - Votre beauté n'a nul pareille. Restez à mes côtés, Innocent, et faites de moi un homme meilleur.
Innocent - Aurais-je la prétention de pouvoir vous enseignez à être meilleur lorsque vous vous évertuez à me dire Monstre? C'est un souffle, sous une roseraie fleurie, au milieu du palais de Kensington. Caché aux yeux du monde Moldu - au milieu de nul part à l'époque où la terre était trop vaste pour les humains aveugles. Une terre où légendes et monstres faisaient trembler de peurs les téméraires enfants. L'inconnu aux dents pointues - l'inconnu étrangeté au coeur de la peur des êtres. Au coeur de cette guerre sous-terrains qui opposaient les créatures aux sorciers depuis trop longtemps déjà. L'inconnu crevant dans les yeux d'un roi soudainement charmé.
King - Devenez ma conseillère. Apprenez moi, dites moi ce que cela fait d'être... comme vous. Il emportait sa souffrance, sa solitude et ses craintes; lui offrant d'un sourire un royaume de possibles dont elle ne pensait plus possédait la clé : l'avenir. Et il ne lui restait qu'à l'embrasser comme elle embrassa son roi.

Ministère des légendes et créatures magiques.
Représentante de dix-sept ans, transformée depuis trois ans. Jeune - trop jeune sans doute - mais l'enthousiasme d'une vie encore à construire, et cette ferveur qu'on les gens s'évertuant à faire de bonnes choses. A faire le bien - elle resta à sa place au Ministère, écrivant ce qu'elle apprenait de sa propre nature, et parcourant le pays à la recherche des autres. Loup-garous, sirènes, tritons, harpies, géant - de l'inconnu jaillissait la multitude, et un message d'espoir qui faisait lumière sur l'ombre. Apprenait ce qu'était un monstre. Les démons devenaient des alliés, se rapprochant des villages sorciers et du royaume bienveillants pour être traités en égaux.  
Représentante de dix-sept ans, transformée depuis vingt ans. Le visage inchangé qui cause de sombres jalousie. Protégée d'un roi devenu âgé mais non moins charmé. D'un amant éperdu qui aime à entendre plus d'histoires qu'il passe son temps pour le reste; son fils héritier siégeant déjà à sa place sur le trône pour la majorité du temps. Jalousie qui enserre le coeur des hommes, pour la guerrière des droits qui s'évertue à se dire encore femme. Vampire - craché en insulte sur son passage. Et déjà les premiers pas vers une guerre qui ne cessera jamais.
Représentante de dix-sept ans, transformée depuis trente-deux ans. Au roi mort, perdu par le temps. Premier choc d'un mortel aimé, et perdu. La malédiction qui circule dans les veines où le sang ne se régénère plus. La mort sur son passage, qui restait des bandits de passages, des ombres mouvantes, des inconnus - des hommes. Morts. Morts. Morts. Vive le roi.

L'orage qui explose, alors que depuis des années elle faisait des listes de créatures. Des alliés, des amis, qu'elle trouvait à travers le monde, lors de voyage fait en portoloins - allant au-delà des frontières pour découvrir des êtres extraordinaires. Des listes, des listes, des listes - noms devenus victimes. Noms devenus des cibles, et soudainement le nouveau roi se tenait devant elle au regard ténébreux, riant de sa naïveté.
Prince - Nous les tuerons tous. Promesse qui se fait pas sans qu'elle se mette à hurler. Elle n'a pas cent ans. Elle en a dix-sept, elle en aura à jamais dix-sept, et se met à se tordre de douleur devant l'ineffable trahison. Elle devenait son propre bourreau, à désirer faire le bien. Croire à la paix. Croire aux rêves. Croire à l'impossible; et apprendre qu'il se trouvait l'impossible dans les esprits chimériques - que l'ennemi de l'homme n'était pas le temps mais lui-même. Chassés- devenus non plus des alliés mais de potentiels armes. De potentiels ennemis.
La jalousie - pour un pouvoir qu'aucun sorcier ne pouvait posséder. D'un charme irrésistible, d'un corps immortel, d'une éternelle existence. Qu'importe la malédiction, elle devait la raison d'une chasse qui guidait les créatures contre les sorciers. Naquit la première guerre contre les Gobelins.
Sombra la Royauté.

Sous les dents acérés, l'enfant devint chasseuse, s'abattant sur les gorges déployées en hurlements de terreurs. N'ayant de désir de tuer que pour le plaisir de les voir s'effondrer à leur tour - proie des chasseurs de la nuit. Elle les vit tomber, les ministres jaloux, les femmes hypocrites, la royauté pourrit de l'intérieur. Et le Roi, prince aux désirs insatiables. Rien ne vaut un sang royal, où l'enfant devint chasseuse. Non plus humaine, mais vampire - enfant de la nuit, elle embrassa la lune pour en faire sa divine maitresse.
Sombra la Royauté.
Des élections furent organisées.
Naquit le Ministère de la magie, dans le sang de ces révoltées créatures.



Revenir en haut Aller en bas
http://echo-flowers-alice.superforum.fr
 
les cercles infernaux - lilith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Lilith Chik'ari
» Ensevelissement de Lilith ...
» Galerie de Lilith
» Une chasseuse égarée ?[PV Lilith]
» Des traces du passé, et de la porte des âmes... (pv Lilith)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de test  :: Maraudeurs ERA :: Maraudeurs Era - les couleurs-
Sauter vers: